Surface :140 000m2

Localisation : Carignan de Bordeaux (33)

Mission :Etude de faisabilité urbaine et paysagère pour la conception et l’aménagement d’un éco quartier sur le territoire de l’Entre deux Mers

Site : Plateau agricole de la communauté de commune des coteaux bordelais

Maîtrise d’ouvrage : Commune de carignan de Bordeaux

Equipe : Paul LeurentPaysagiste dplg, Romain Lacoste Paysagiste dplg

Phase : Etude Livrée 2016

En pensant un nouveau quartier d’activité avant tout économique mais aussi social, culturel, environnemental et agricole pour la commune, il est désormais possible de poser les bases d’un nouveau maillage territorial.

Renforcer l’attractivité du territoire

La notion de centralité qui a émergé de notre démarche ne comprend pas la volonté de concurrencer le centre bourg. C’est plutôt l’idée de travailler de concert avec un tissu économique et social existant, parfois ancien, mais prégnant sur le territoire de la commune, et de construire autour et avec pour impulser une nouvelle dynamique territoriale à l’échelle intercommunale.

Plutôt que « centralité », il est alors possible de parler de polarisation du territoire au travers de secteurs d’activités plus ou moins conséquents, gage d’une répartition économique de l’activité et support à un développement raisonné et coordonné du territoire.

Un projet fédérateur de la transition sociétale

Il s’agit de modifier les comportements sans contrarier les modes de vies, de favoriser l’innovation urbaine sans dénaturer l’architecture vernaculaire, de promouvoir les espaces publics plutôt que les espaces privatifs, de protéger les paysages et espaces naturels et de s’en servir comme support au projet afin d’apporter une valeur ajoutée à l’urbanité et surtout, de favoriser les échanges entre les différents acteurs pour permettre aux citoyens d’intégrer les principes et innovations d’un éco quartier dans leurs gestes et pratiques quotidiens.

L’agriculture comme pilier d’un nouveau développement local

Nous avons alors suggéré que l’agriculture devienne un nouveau moteur du développement local de l’économie et serve d’accroche à la construction d’un site pilote innovant.

Si par nouvelles façons de consommer le territoire est sous-entendu

« Développement durable », alors entendons-nous sur l’agriculture comme nouveau levier de construction des territoires.

Outre l’action première de se nourrir, un modèle agricole nouveau, basé sur des exploitations de taille raisonnable, plus familiales et moins intensives, se voulant économe et respectueux de l’environnement, diversifié et associant petits élevages et maraichage peut intégrer le tissu urbain et même en devenir structurant.

Vers une hybridation de l’espace par l’imbrication des fonctions

En superposant tissu agricole, tissu d’activités et tissu urbain, on obtient un schéma de développement ou chaque espace répond à plusieurs enjeux et contraintes, ou chaque lieu n’est plus exclusivement dédié à une fonction mais propose une pluralité de faciès, donc potentiellement plus propices à créer du lien, de l’activité.

L’interpénétration de l’agriculture avec le développement économique et urbain d’un nouveau secteur devient une réponse logique au regard de la transition des territoires.

Les relations créées ne sont plus juste descendantes mais permettent un échange constant entres toutes parties du territoire. Ainsi, l’éco quartier profite à tous.